Martin Miguel

"contrepas"

JPEG - 91.1 ko
Cette édition de "contrepas" est constituée de dix huit pièces uniques. 2009
JPEG - 134.9 ko
JPEG - 126.3 ko
JPEG - 145.8 ko
JPEG - 161.2 ko

Texte

Réalisation

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

En mon pays suis en terre lointaine

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

Rien ne m’est sûr que la chose incertaine

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

Aveugle suis et si les autres mène

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

Gisant envers, j’ai grand paour de choir

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

Je gagne tout et demeure perdant

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

Ce qui résiste est par le temps détruit

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

Le court instant m’est une éternité

X

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

X

 

 

X

 

X

 

Je parle peu et me tais à grand peine

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus j’ai de temps plus il me fait défaut

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

J’ouvre le sol à hauteur de mes yeux

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

Il n’est pas (d’) un qui ne me soit pluriel

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

Parmi les bruits je n’entends que silence

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

Suivant mes pas je ne peux que me perdre

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne cheminant que par voies que j’ignore

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parler ne puis qu’en langues que j’ignore

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

je sculpte l’eau et m’abreuve de pierre

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

X

 

Je ne vais pas où l’on me prie d’aller

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

Je ne fais murs que de sable très fin

 

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

Dans la grand jour tout m’apparaît obscur

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

X

 

X

 

 

X

 

 

Je ne me perds que par chemins connus

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ombre m’éclaire et le grand jour me cache

 

 

 

X

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

Forgeant de l’eau je m’abreuve de fer

 

 

 

 

X

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

X

 

 

 

Mes pas me portent où je ne veux (peux) aller

 

 

 

 

 

X

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0